1RJ.Lo

SCHOPENHAUER, DIEU ET LE DIABLE

par Roland Jaccard

Arthur Schopenhauer répétait volontiers à ses interlocuteurs qu’une philosophie où l’on n’entend pas bruire à travers les pages les pleurs, les gémissements, les grincements de dents et le cliquetis formidable du meurtre réciproque et universel n’est pas une philosophie.
La seule évocation du Dieu de la Bible jetant un regard sur le monde qu’il venait de créer et trouvant que tout y était bien suscitait son courroux. Il lui semblait incomparablement plus juste de dire que c’est le diable qui a créé le monde plutôt que Dieu. Il est vrai que pour arriver à cette conclusion il convient d’être déjà installé sur un balcon donnant sur l’éternité et dire en empruntant les mots de Shakespeare : « Messieurs bonjour, éteignez les flambeaux ! Le brigandage des loups est terminé. »

.

.

×

Comments are closed.