1HBP

CIORAN ET LEOPARDI : L’HOMME EST UN ANIMAL TARÉ…

par Roland Jaccard

Dans une revue italienne,  Mario Andrea Rigoni qui fut l’ami et le traducteur de Cioran -et également un des meilleurs connaisseurs de Leopardi- dit ce qui unit ces deux penseurs et il le dit si bien que je lui laisse la parole.
Cioran et Leopardi partageaient l’expérience capitale de l’ennui, c’est-à-dire du sens de la vacuité universelle des choses qu’ils percevaient… non seulement au niveau de leur pensée, mais de leur chair même. C’étaient tous deux des sceptiques, dépourvus de toute illusion, bien qu’ils aient reconnu la nécessité de celle-ci pour la vie et pour l’histoire. Ils voyaient l’homme comme un animal taré dés l’origine et ayant quitté la voie de la nature jusqu’au point de constituer une anomalie menaçante marchant fatalement vers sa propre destruction. Telle fut la cause première de leur anti-historicisme et de leur anti-humanisme radical.
Si l’on n’a pas qu’entrevu cela, autant renoncer à lire Leopardi, Schopenhauer ou Cioran. Les innombrables ouvrages sur le développement spirituel et l’amour des enfants -j’ai pu vérifier de visu l’horreur qu’inspirait la procréation à Cioran quand mon ami Christian Delacampagne est venu lui rendre une visite accompagné de sa femme enceinte- devraient suffire en cette période de Noël qui est un vrai cauchemar pour tout nihiliste conséquent… à moins qu’il n’ait suffisamment d’humour et d’argent pour se cloîtrer dans un palace helvétique.
C’est d’ailleurs ce à quoi Cioran aspirait.

.

×

Comments are closed.